Enforcing UNSCR1325 & Promoting a NATO Gender Advisor for Asia: A Conversation with Betsy Kawamura (Part 2)

Le français suit

Read Part 1 here.

Part 2 of this interview with Betsy Kawamura emphasizes the need for a NATO Gender Advisor for East Asia, the legal accountability of UNSCR1325/R2P (responsibility to protect), and Ms. Kawamura’s future projects for survivors and historical reconciliation in East Asia.

 

Enforcing NATO’s application of UNSCR1325 in Asia
[…]

 

BK: Amongst the core group of members of the Security Council, NATO also has a network section [of “partners across the globe”] including Asia (notwithstanding China). [Foreign affairs] officials [both from] Japan and Korea paid visit to NATO headquarters in Brussels [in October 2016].

The reason I’m bringing this up is that, Charlotte Isaksson, Gender Advisor at the European External Action Centre in Brussels, used to be a Gender Advisor for NATO. I have had various conversations with her, and during my recent trip to Brussels, I had mentioned the importance of NATO’s friendship [partners across the globe] alliances with countries such as Mongolia, Japan and South Korea in view of tensions on the Korean Peninsula.

What I would like to facilitate, via my dialogue with Brussels and talking with [gender advisors] is to encourage placement of gender advisors focused on North East Asia. I was reading about a previous meeting with South Korean officials who paid a visit to NATO, due to a high security issue with North Korea. I want to mention that South Korea and Japan both have National Action Plans (NAP) for the implementation of UNSCR 1325. The United States also has a NAP. In fact, Barack Obama issued an executive order two years ago. If you look at the NAP for South Korea, it’s very detailed. It specifically mentions how to support North Korean refugee women. The last one I saw for Japan, it did talk about the refugees but not in such a specific manner.

The NAP for the USA talks about actively intervening in areas to assist women in high risk situations in vulnerable countries. Since North Korea is technically still in a state of war with the USA, I think there is an international obligation for the US to assist North Korean refugee women hiding in China, and women from other war affected areas.  I strongly believe that President Trump’s recent entry ban on refugees from seven countries is in violation of their NAP on 1325.  It directly contradicts the spirit of 1325 and other WPS (Women, Peace and Security) resolutions.  The reason why I bring up the Security Council Resolution in particular for North East Asia is because, time and time again, you read in the news about the importance of new security sanctions towards North Korea, or denunciations about the violations [the regime performed], but you never really hear about [the UNSCR1325 perspective]. It would be ludicrous for me to be the only voice talking about this.

As we speak, we are seeing spiraling tensions regarding North Korea, along with recent US missile launches to Syria.  If UNSCR 1325 is supposed to have any ‘power’, I believe that now would be the time for its demonstration. This current period should see if UNSCR 1325 and associated WPS resolutions remain more or less ‘paper tigers’, or demonstrate having some ‘teeth’, especially in regards to accountability to protect victims, and to punish perpetrators of SGBV.

What is even more frustrating is that I’ve been trying to tell North Korean refugee women about 1325, but even they don’t seem to understand its importance.  I have tried to explain to them, in a very simple way, as to what these resolutions are and what these countries must offer to them, and what the consequences are if they don’t. But it takes more than a few astute women and advocates like myself to set a machinery in motion.  It takes the culminated effort of UN Women, the UN Security Council and the likes of NATO and OSCE, as well as other security bodies focused on North East Asia.  The large challenge lies in the infrastructure of the Security Council itself, for instance, where countries with differences in personal politics are supposed to ‘rule’ global security.  I see this as a sad tragedy that needs to be addressed. The world cannot hope to expect ‘peace’ to come out of a dysfunctional system.

 

Transferring the sense of accountability of military violations to the WPS agenda

 

I had taken a trip to Paris to visit Bourdon et associés, a French law firm and legal advisory office dealing with human rights issues in Burman/Myanmar. They have looked primarily at what China has signed up to regarding conventions such as those protecting refugees, and others on protecting women, such as CEDAW (Convention to Eliminate Discrimination against Women).  I am encouraging them as well as other NGOs to do legal research on UNSCR1325, on what type of accountability its signatory countries are responsible for.  In the current situation of seeing victims and refugees of conflict in the Middle East and in North Korea, I believe the time has come for 1325 and allied WPS resolutions to ‘show their teeth’.

The WPS movement should cover economic issues and security from military interventions, and provide mechanisms for accountability, protection and protocols for adjudication. 1325 as of now, does not have such power and enforceability, it seems.

 

M: Would you say there is a gap between the narrative of the will to protect and the actual implementation of the responsibility to protect?

Yes. And the reason is that very few institutions, I believe, have gone through the due diligence of going through the documents to figure out legally what the permanent members of the Security Council signed up to, and what they [are] supposed to be accountable for.

In fact, you have the North Korean refugees – especially the women – hiding in China. Well, China signed resolution 1325, and so did Russia. Technically they both have the responsibility to protect these women from sexual violence, because they are victims of war. But China forcibly repatriates them back to North Korea, with deadly consequences.

It’s like being a doctor with this fabulous healing mechanism with advanced tools and surgery, but if the doctor doesn’t demonstrate how it can be properly used, nobody would know how to use it, or improve its practical applications.  That’s exactly why I’m encouraging the global institutions of security to examine practical applications and adherence to WPS resolutions – and make them ‘walk their talk’ on how ‘great’ they are.

Because of the public lack of attention on the importance of WPS issues, funding and awareness-raising can be difficult, the latter being key assets to galvanize critical masses.

What would help is organizations like yours, the NATO Association, gender advisors for NATO and other global security centres to look more strategically at WPS resolutions.  The stake holders of security in North Asia include global powers such as the USA, Russia and China, so it would be pretty foolish to not have a gender advisory group for the North Asian region. The world is deeply interconnected, and if you study the Middle Eastern and North Asian crisis as we speak, you will realize that nations around the world are involved, not to mention the USA.  I believe that the Nordic countries, i.e. Norway, Sweden, Finland, Iceland and Denmark are well placed to show leadership in the WPS agenda for North East Asia, and to show guidance for NAP coordination.  At least this is what I am rooting for, having spent time here for the last 30 years.

[As an] East Asian survivor of gender-based violence myself, I believe I create a sense of credibility in being involved in the subject matter.  I wish I can multiply myself as a North Asian survivor/advocate of gender based violence; and definitely encourage more NK refugee women and those from other regions to study this issue and speak up about it.

 

A need for NATO gender advisors in Asia

 

And I think it is very important for people working at the NATO Association to really identify and study WPS issues of your member countries, and partner countries. Look at the speeches of the South Korean and Japanese officials, and let’s include the Mongolians. Mongolia is part of the friendship group of NATO. It would be [valuable] to create a working group for a working group for NATO Gender Advisory for the Asian region. I really would like to propose this.

Jens Stoltenberg met with the Japanese Minister of Defence, a woman, and met directly with the South Korean ministers not too long ago. Stoltenberg pointed out the importance of NATO to protect the North Asian region. I would definitely suggest you to look into the transcript of the communications with South Korean and Japanese high officials.

The UN Security Council had an ad hoc group of specialists on WPS and 1325 issues. The 5 permanent members are included, and Japan is on the Security Council until the end of this year as a non-permanent member.  Having such specialists helps, and I would strongly urge for them to look at North East Asia as a region regarding WPS, which has previously not been done.  The historical conflicts amongst Japan, China and Korea burdened by unresolved dialogue on comfort women from all states mentioned have a large role to play in this lack of coordination and political will so far.

 

M: You have 9 communications sent to UNSCW so far, 4 against North Korea and 5 against China. Could you tell me a bit more about those communications?

Basically those communications are meant [to discuss] the issue of North Korean refugee women hiding in China, and North Korean women in North Korea as part of a continuum of discussion at the UNCSW. Hopefully it will be held to attention at UN Women on a consistent basis. This space is given [for] a formal message and information on the issue. [(i.e. NKwomen)] The way to actively sustain people’s attention on this is to hold parallel events, and have someone continuously lobby to advocate on this issue at the UN offices, and other relevant institutions.

 

About North Korean women at UNCSW and political prospects

 

I’m glad that we are finally able to bring North Korean refugee women to the UNCSW.  Last year, in 2016, Samantha Power was still ambassador of the permanent mission of the US to the UN. She was very driven, and very passionate about human rights issues, as a former career journalist. She assisted with the North Korean refugee women issue along with the permanent missions of other countries such as Australia, the UK, and Japan, to create a forum at the US permanent mission then.

This year unfortunately – because the Trump administration just came in – such support was not given; and they wouldn’t allow support for North Korean refugees to come in the USA as a country listed on the travel ban, quite ironically.

What is going to be very helpful for events in the future is the continuation of the investigation started by the UN Commission of Inquiry (on North Korean Human Rights) in 2014. Wrapped up with a report, it is bound to continue spreading the information about their findings via the new UN field office in Seoul, which I am in touch with.

 

M: One of the struggles, I find from my previous research, is that there needs to be a higher sense of effort nationally, to address the resettlement of North Korean refugee women in South Korea, and their advocacy.

I agree. Again I have to emphasize that the South Korean government and its demographics are known as a very patriarchal society, and so is Japan. I have to emphasize the gender aspect of it. It [shouldn’t be] unnoticed that we have a very patriarchal society dealing with refugees. It’s not looked upon as seriously when issues of gender-based violence are raised at [screening/resettlement levels. You could almost hear] “oh yeah that kind of problem again”.

Look at Russia, the fact that Putin has decided that domestic violence is non-issue is crazy. [Furthermore], in China, there was a law passed against domestic violence but it is very difficult to execute it. I understand social media sites by some non-governmental women’s rights groups were shut down.

In South Korea, although you had a woman president, it is still a very patriarchal society. And because it is a patriarchal society, the issue of how to heal from sexual violence and how to integrate gender issues in foreign relations politics is very complicated.  Thus, one is faced with a substantial challenge on how to execute NAPs on 1325 in North East Asia, especially if states are not willing to admit to gender based crimes committed against women.

As mentioned previously, China, Japan and Korea still have unresolved caustic issues regarding women used to sexually serve the military. Japanese women, called ‘Pan Pan Women’ were used by the US military post WWII ; Pan Pan Women’s existence were known and supported by the Japanese government, as a kind of  sexual ‘appeasement’ for US military personnel who occupied Japan (and Okinawa). There was a hospital that screened these women via health checks, etc. I have not heard of any kind of official ‘apology’ yet, very sadly from the US government or the Japanese. I believe this will be an area I will be working on in the future, as time and situation permit.  The 1325 NAPs of both the USA and Japan should have mentioned this important issue.

These Japanese ‘Pan Pan Women’ have in various ways been silenced by the Japanese government; and surely the current POTUS will find it inconvenient for their voices to be raised, as it could undermine Japan and the USA’s alliance against common ‘enemies’ and threats such as North Korea and China. I would like to [provide a] platform for their voices as they are dying out, in similar fashion to the South Korean ‘comfort women’.  The big difference between the two groups is that the South Korean government has clearly supported South Korean comfort women, in draconian contrast to those of Japan, i.e. the Pan Pan Women.  This needs to be rectified.

 

About future projects and programs of healing

 

I will probably start working on a program to focus more on addressing other Asian survivors of SGBV, and am working on a program on how to help facilitate healing mechanisms. The challenge with this program was that it was generated in Norway by Health and Human Rights Info, an NGO supporting mental health in cases of gender-based violence, based in Oslo. So, you have to consider the cultural and social elements to […] make it more appropriate for North Korean refugee women and those from other North Asian regions. I am also mulling over an art program or cultural history visual-art program that will elucidate to the public, voices of North Korean refugee women, and other North Asian women surviving SGBV. I have been thinking of this for a while, but the execution of this would depend on who I can attract as collaborators and sponsors.

An on-going discussion I have started is to look at the legal aspects of enforcing UNSCR1325 for North Korean refugee women hiding in China. To do this kind of legal research you have to really think outside of the box, you have to push the envelope, be really creative and be a pioneer at international human rights law.  I have asked entities to look at R2P (responsibility to protect), and at the Geneva Conventions. It is critical to keep in mind that China is one of the world’s largest suppliers and users of human trafficking, including sex trafficking. As said, North East Asia, despite its economic progress, is very much male dominated, quite sadly. Economic advancement is no guarantee for women’s rights.

 

It’s just as important to announce these findings, announce the shortcomings of the resolution at the UN, and mechanisms at the ICC to emphasize that […] one has to call the UN out on the weaknesses of the resolutions so that we can improve on it together and find better solutions. As Nordic countries have shown considerable leadership and abilities to catalyze efforts on gender and WPS, I expect to continue to draw on their strengths so that they can show a way forward for North East Asia, and encourage other countries!

 


La deuxième partie de cette entrevue avec Mme Betsy Kawamura accentue le besoin d’avoir des Conseillers du Genre (« Gender Advisor ») de l’OTAN en Asie de l’Est, la responsabilisation de UNSCR1325 et R2P (la responsabilité de protéger), et les projets futurs de Mme Kawamura en ce qui concerne les survivants de violence genrée et la réconciliation historique en Asie de l’Est.

 

Renforcer l’application de UNSCR1325 de l’OTAN en Asie de l’Est

[…]

BK : Au sein du groupe principal des membres du Conseil de Sécurité, l’OTAN détient également un réseau nommé « partenaires autour du monde » incluant des acteurs régionaux d’Asie (sans compter la Chine). Des représentants des affaires étrangères du Japon et de la Corée ont tout deux rendu visite au quartier général de l’OTAN à Bruxelles en Octobre 2016.

 

La raison pour laquelle j’amène ce sujet est que, Charlon Isaksson, Conseillère sur le genre au Centre d’action extérieur européen, était auparavant Conseillère en genre pour l’OTAN. J’ai eu plusieurs conversations avec elle, et, durant mes récents voyages à Bruxelles, je lui avais mentionné l’importance des alliances d’amitié de l’OTAN (partenaires autour du globe) avec des pays tels que la Mongolie, le Japon, et la Corée du Sud contextualisé par les tensions grandissantes sur la péninsule coréenne.

 

Ce que j’espère faciliter, à travers mes discussions à Bruxelles avec des conseillers du genre, est d’encourager la création de poste de conseillers du genre en Asie du Nord-Est. Je lisais dernièrement un article sur la rencontre d’officiers sud-coréens ayant rendu visite à l’OTAN, dû à une question de sécurité sérieuse avec la Corée du Nord. J’aimerai mentionner le fait que la Corée du Sud et le Japon ont tous deux un Plan d’action nationale pour l’application de UNSCR1325. Les États-Unis ont aussi un Plan d’action. En effet, Barack Obama a soumis un ordre exécutif en ce qui concerne ce plan deux ans plus tôt. Si vous analyser de plus près le Plan de la Corée du Sud, il se trouve que celui-ci est très détaillé. Il mentionne clairement comment soutenir les réfugiées nord coréennes. Le dernier que j’ai pu remarqué au Japon quant à lui, ne mentionnait pas les réfugiées avec une telle emphase.

 

Le Plan des États-Unis parle de soutenir les femmes se trouvant dans des situations à haut risque dans des pays plus vulnérables. Quand on y pense, la Corée est techniquement encore dans un état de guerre avec les États-Unis, et je pense que les États-Unis devraient avoir une obligation nationale d’aider les réfugiées nord coréennes se cachant en Chine, et les femmes d’autres régions affligées par la guerre. Je suis certaine que la récente interdiction d’entrée (« entry ban ») du Président Trump envers les réfugiés de 7 différents pays est à l’encontre du Plan sur 1325. Cela entre en totale contradiction avec l’esprit de 1325 et d’autres résolutions liées à Femmes, Paix et Sécurité (WPS). La raison pour laquelle je mentionne la Résolution du Conseil de sécurité pour l’Asie du Nord-Est en particulier est que, nous lisons sans cesse l’actualité sur l’importance des nouvelles sanctions de sécurité sur la Corée du Nord, ou sur les dénonciations des violations que le régime a mené, mais nous n’entendons jamais parler de l’angle de UNSCR1325. Ce serait tout de même fortuit de penser que je suis la seule voix qui s’élève sur le sujet.

 

À l’heure où je vous parle, nous assistons à de terribles tensions exponentielles en ce qui concerne la Corée du Nord, en plus de l’envoi récent de missile américain en Syrie. Si UNSCR1325 devait n’avoir quelque forme de pouvoir, je pense fortement que maintenant est le moment ou jamais de le prouver. Il est temps de voir si UNSCR1325 et les résolutions WPS associées à cette dernière ne sont que des tigres de papier, ou si elles sont capable de montrer des dents, certainement en ce qui concerne la responsabilité de protéger les victimes de violence sexuelles basées sur le genre (SGBV) et punir leur assaillants.

 

Ce qui est des plus frustrants, c’est que j’ai bien essayé de parler de 1325 avec des réfugiées nord-coréenne, mais elles-même ne semblent pas comprendre son importance. J’ai essayé de leur expliquer, en termes très simples, quelles sont ces résolutions, ce que les pays signataires se doivent de leur offrir légalement, et quelles sont les conséquences s’ils ne le font pas. Mais cela prend plus que quelques femmes motivées et activistes telles que moi-même pour lancer un processus. Cela prend les efforts communs de ONU Femmes, le Conseil de sécurité de l’ONU, ainsi que les clémences de l’OTAN et l’OCDE, en plus de d’organismes de sécurité se concentrant sur l’Asie du Nord Est. Le plus gros défi se trouve dans les structures du Conseil de sécurité même. Par exemple, lorsque des pays ayant des différents politiques sont sensés diriger les sécurité mondiale. Je vois cela comme une triste tragédie qui doit être mise au jour. Le monde ne peut demander la paix si elle vient d’un système dysfonctionnel.

 

Transférer le sens de responsabilité des violations militaires du plan WPS

 

J’ai décidé de faire un voyage à Paris pour visiter Bourdon et associés, un bureau d’avocats et de conseil légal qui se concentre sur les violations des droits de l’Homme en Birmanie/Myanmar. Ils ont plus amplement analysé les documents et obligations que la Chine a signé en ce qui concerne des conventions protégeant les réfugiés, ainsi que les femmes en particuliers tel que CEDAW (Convention pour Eliminer la Discrimination envers les Femmes). Je les soutiens fortement, ainsi que d’autres ONGs qui font de la recherche légale sur UNSCR1325, quel type de responsabilités ses signataires ont endossés. La situation actuelle des réfugiés victimes de conflits au Moyen-Orient et en Corée du Nord, je pense qu’il est temps pour 1325 et les résolutions WPS de montrer des dents.

 

Le mouvement WPS devrait inclure le soutien économique et la protection contre les interventions militaires, ainsi que pourvoir des mécanismes et protocoles d’application. À ce jour, il semble que 1325 ne possède pas de tels pouvoirs et une telle mise en œuvre.

 

M : Diriez-vous qu’il existe un fossé entre parler du besoin de protéger et l’application pratique de la responsabilité de protéger?

 

Oui. En effet, très peu d’institutions, il me semble, ont eu l’amabilité de passer les documents en revue pour rendre compte des responsabilités légales des membres permanents du Conseil de Sécurité signataires, et ce dont ils sont responsables.

 

De plus, prenez les réfugiés nord-coréens – les femmes en particulier – qui se cachent en Chine. Et bien, la Chine a signé la résolution 1325, tout comme la Russie. Techniquement, ils doivent tous deux être responsables de la protection de ces femmes envers la violence sexuelle, car justement, elles sont victimes de guerre. Au contraire, la Chine rapatrie impunément celles-ci en Corée du Nord, avec les conséquences mortelles qui s’en suivent pour elles.

 

C’est comme être un docteur avec ce fabuleux mécanisme chirurgical de technologie de pointe, mais si ce docteur ne peut démontrer comment cette machine peut être proprement utilisée, personne ne saura comment l’utiliser ou même comment améliorer ses applications pratiques. C’est précisément la raison pour laquelle j’encourage le genre d’institution mondiales de sécurité à examiner les applications pratiques et l’adhérence aux résolutions WPS – et lui faire rendre compte de leur ignominie.

 

À cause du manque d’attention publique accordée à l’importance des sujets WPS, le financement et la conscientisation s’avèrent difficiles – ces derniers points étant des clés critiques à la galvanisation de masses critiques.

 

Ce qui aiderait vraiment ce sont des organismes tels que les vôtres, l’Association Canadienne pour l’OTAN, des membres du corps conseiller en genre de l’OTAN, ainsi que d’autres centres de sécurité pour analyser les résolutions WPS de manière plus stratégique. Les membres clés en sécurité de l’Asie du Nord, consistent en grands pouvoirs globaux tels que les États-Unis, la Russie, et la Chine. Il serait donc absurde de ne pas compter sur un groupe conseiller sur le genre dans la région Nord asiatique. Le monde est foncièrement interconnecté. Si vous étudiez les crises du Moyen-Orient et d’Asie du Nord en ce moment, vous rendrez compte que des États sont engagés à travers le monde, et cela va sans parler des États-Unis. Je pense que les pays nordiques, c’est-à-dire la Norvège, la Suède, la Finlande, ainsi que l’Islande et le Danemark sont très actifs dans la direction du stratagème WPS en Asie du Nord Est, en plus de guider la coordination des PAN (NAP). Du moins c’est ce que je crois, après avoir vécu là-bas pendant les trente dernières années.

 

Étant moi-même une survivante Est-asiatique de violence basée sur le genre, je pense donner un sens de crédibilité d’être active dans ce genre de problématique. J’aimerai me multiplier en tant que survivante nord asiatique/militante contre la violence basée sur genre; et définitivement encourager plus de réfugiées nord-coréenne et celle d’autre régions adjacentes d’étudier cette problématique de plus près et de faire entendre leur voix.

 

Un besoin pour des conseillers du genre de l’OTAN en Asie

 

Je pense qu’il est important pour le personnel de l’Association canadienne pour l’OTAN d’identifier de manière factuelle les problématiques WPS des pays membres, et pays partenaires. Voyez les discours des représentants officiels de Corée du Sud et du Japon, et incluons la Mongolie. Le Mongolie fait partie du réseau d’amitié de l’OTAN. Il serait dans notre intérêt de créer un groupe de recherche sur la faisabilité d’un groupe pour un Conseil en genre de l’OTAN en région asiatique. Je souhaite réellement pouvoir proposer une telle chose.

 

Jens Stoltenberg a rencontré le Ministre japonais à la défense, une femme, et a rencontré les ministres sud-coréen il y a peu. Stoltenberg mentionna l’importance de l’OTAN dans la protection de la région d’Asie du Nord. Je vous conseille d’ailleurs de lire les retranscriptions des communications officielles avec les représentants sud-coréens et japonais.

 

Le Conseil de Sécurité possède un groupe ad hoc de spécialistes WPS et de problématiques 1325. Les cinq membres permanents y sont inclus, et le Japon y est considéré membre non-permanent jusque fin d’année. Cela aide d’avoir de tels spécialistes, et je me permettrais de conseiller à ceux-ci de s’intéresser à l’Asie du Nord Est en tant que régions d’intérêt WPS – ce qui n’a jamais encore été fait. Les conflits historiques existant entre le Japon, la Chine et la Corée sont encrés par des dialogues infructueux sur les femmes de conforts des trois États. Ces conflits ont encore aujourd’hui un rôle néfaste dans la coordination des intérêts politiques.

 

M : Vous avez à ce jour envoyé 9 communications officielles à UNSCW, 4 contre la Corée du Nord et 5 contre la Chine. Pourriez-vous m’en dire plus?

 

En bref, ces communications sont supposées discuter de la problématique des réfugiées nord-coréennes cachées en Chine, et les femmes en Corée du Nord  tel qu’une continuation des discussions engendrées au UNCSW. Avec de la chance, celles-ci seront amené à l’attention de UN Femmes de manière régulière. Cet espace nous est donné pour un message formel et de l’information sur la problématique (c.f. NKwomen). Le seul moyen de garder l’attention des gens est d’organiser des évènements parallèles (à UNCSW), et d’avoir quelqu’un en constant lobbying sur la problématique aux bureau de l’ONU, et autre institutions applicables.

 

À propos de NK women à UNCSW et de potentielles avancées politiques

 

Je suis heureuse de pouvoir dire maintenant que nous sommes capables d’emmener des réfugiées nord-coréennes au UNCSW cette année. L’année passée, en 2016, Samantha Power était encore ambassadrice à la mission permanente officielle des États-Unis à l’ONU. Elle était très passionnée et avait un sens fin des manquements aux droits de l’Homme, en tant qu’ancienne journaliste de carrière. Elle a soutenu la problématique des réfugiées nord-coréenne, aux côtés d’autres missions permanentes nationales comme celles de l’Australie, du Royaume Uni, et du Japon, dans le but de créer une plateforme sous la direction de la mission permanente américaine à l’époque.

 

Cette année, malheureusement – du fait de l’entrée en fonction de l’administration Trump – un tel soutien n’a pu être rendu; et nous n’avons pu avoir de soutien financier pour amener des représentantes réfugiées de Corée du Nord aux États-Unis à cause de l’interdiction de voyager, ce qui est assez ironique.

 

Ce qui sera vraiment utile pour nos évènements à venir, c’est la continuation des enquêtes commencées à la Commission d’Enquête de l’ONU (sur les droits de l’Homme en Corée du Nord) en 2014. Finalisée par un rapport, celle-ci se doit de continuer à transmettre les informations de leurs résultats par le biais de leur nouveau bureau régional à Seoul, avec lequel je suis en communication.

 

M : L’un des défis que j’ai pu constater par le biais de ma recherche, reste dans le fait qu’il faut alimenter un effort national plus accru sur la question, spécifiquement dans le processus de réhabilitation des réfugiées nord-coréennes en Corée du Sud, et leur militantisme.

 

Je suis d’accord. Encore une fois, je me dois d’appuyer sur le fait que le gouvernement sud-coréen et sa démographie sont connus pour être ceux d’une société encore très patriarcale, tout comme le Japon. Il faut que je mette en valeur cet aspect spécifique du genre. Il ne faut pas oublier que c’est une société patriarcale qui s’occupe des réfugiés. Les problématiques qui attraient au genre ne sont pas abordées aussi sérieusement lorsque mentionné au niveau du processus de triage (« screening ») et de réhabilitation.  Vous pourriez presque entendre « oh oui, encore ce genre de problème ».

 

Prenez la Russie par exemple, le fait que Putin ait décidé d’exclure les problématiques de violence domestiques est absurde. De plus, en Chine, il existe une loi contre la violence domestique mais il s’avère très complexe de l’implémenter. Si je comprends bien, plusieurs sites non gouvernementaux de militantes pour les droits de la femme sur réseaux sociaux ont été fermés dernièrement.

 

En Corée du Sud, bien qu’il y ait eu une femme présidente, cela reste une société très patriarcale. Et parce qu’il s’agit d’une société patriarcale, la question de guérir de violences sexuelles, la réconciliation, et comment intégrer les questions de genre dans la politique des relations internationales restent très compliqués. De ce fait, l’un est porté à un véritable défi en ce qui concerne la façon d’exécuter les PANs (NAPs) sur 1325 en Asie du Nord Est, lorsque des États ne sont pas amiables à admettre leurs crimes basés sur le genre commis envers les femmes.

 

Tel que mentionné auparavant, la Chine, le Japon et la Corée sont encore confrontés par leurs manquements envers les femmes victimes d’esclavage sexuel militaire. Les japonaises, appelées « Femmes Pan Pan », furent utilisées par l’armée américaine post Deuxième Guerre mondiale; l’existence des Femmes Pan Pan étant connu et soutenu par le gouvernement japonais, en tant qu’apaisement sexuel du personnel militaire américain qui occupait le Japon (et Okinawa).

 

Il existe un hôpital qui sélectionnait ces femmes par des examens de santé, etc. Je n’ai pas encore connaissance d’une quelconque excuse officielle à ce jour, ni du gouvernement américain, ni du gouvernement japonais. C’est un sujet pour lequel je travaillerai prochainement, tel que permis par le temps et la situation. Les PANs (NAPs) tout deux des États-Unis et du Japon, aurait dû mentionner cette importante problématique.

 

Ces femmes Pan Pan ont sérieusement été mis sous silence par le gouvernement japonais, et le présent POTUS y trouvera certainement dur de faire entendre leur voix, puisque cela pourrait affaiblir l’alliance nippo-américaine contre de communs ennemis et menaces, tels que la Corée du Nord et la Chine. J’aimerai offrir une plateforme pour ces voix, alors qu’elles sont en train de s’affaiblir, dans une idée similaire aux femmes de confort sud-coréennes. La différence majeure entre ces deux groupes vient du fait que le gouvernement sud-coréen montre clairement son soutien envers les ex-femmes de confort sud-coréennes, ce qui est substantiellement contraire au cas des femmes Pan Pan au Japon. Il faut mettre un termes à cela.

 

À propos de projets et programmes de guérison futurs

 

Je vais probablement commencer à travailler sur un programme qui se concentre plus sur les survivants asiatiques de VSBG (SGBV), et finaliser un programme focalisé sur le processus de guérison (« healing mechanisms »). Le défi avec ce programme se trouvait dans le fait qu’il ait été généré en Norvège par Health and Human Rights Info (Info Santé et Droits de l’Homme), une ONG pour la santé mentale dans des cas de violence basée sur le genre, à Oslo. De ce fait, il faut considérer les éléments culturels et sociaux qui font de ce programme un programme adapté aux réfugiées nord-coréennes et d’autres régions nord-asiatiques. Je suis également en train de considérer un programme artistique ou un programme d’histoire culturel par l’art visuel, qui pourrait publiquement rendre compte des voix des réfugiées nord-coréennes, et d’autre survivantes nord-asiatiques de VSBG (SGBV). Cela fait longtemps que j’y pense, mais son exécution dépendra de l’attraction de collaborateurs et sponsors.

 

J’ai mis en marche une discussion qui analyse les aspects légaux de l’implémentation de UNSCR1325 pour les réfugiées nord-coréennes cachées en Chine. Pour faire ce genre de recherche légale il faut vraiment penser différemment. Il faut mettre son portfolio de l’avant, être vraiment créatif, et oser être un pionnier en droit international des Droits de l’Homme. J’ai déjà demandé à certains organismes d’orienter cette recherche sur R2P (responsabilité de protéger), et sur la Convention de Genève. Il est essentiel de ne pas oublier que la Chine est l’un des principaux pays exportateurs et utilisateur de trafic humain, incluant le trafic sexuel. Comme je l’ai dit, mis à part ses progrès économiques, l’Asie du Nord Est est très certainement dominée par la gente masculine, malheureusement. Le développement économique n’est en aucun cas une garantie pour le Droit des femmes.

 

Il est d’autant plus important de publiciser ces données, et annoncer les manques trouvés dans la résolution de l’ONU. Il faut également mettre en valeur les mécanismes disponibles de l’ICC (Cour Criminelle Internationale) qui pourrait confronter l’ONU à ses faiblesses en matière d’implémentation de résolution, de sorte de trouver de nouvelles solutions améliorées. Comme l’ont montrés les pays nordiques en matière de direction et de capacité à catalyser les efforts pour le genre et WPS, j’espère continuer à m’en inspirer pour trouver un chemin positif pour l’Asie du Nord Est, et encourager d’autres pays!

 

 

Photo: Lori Nitahara, Honolulu, Hawaii (2010), by Betsy Kawamura via Women4NonViolence. Courtesy of Betsy Kawamura


Disclaimer: Any views or opinions expressed in articles are solely those of the authors and do not necessarily represent the views of the NATO Association of Canada.

Megane Visette

About Megane Visette

Mégane Visette –editor of the Women in Security program– is a recent MA graduate in Political-Science and Asia-Pacific Studies. She has a BSc. in International studies from Université de Montréal (UdeM) in Quebec. She speaks English, French, and is learning Korean and Japanese. Mégane’s current research focuses on the soft power of North Korean refugee narratives, human security, and historical memory in transpacific relations. Having previously lived in Europe and South Korea, Mégane wishes to use her many research interests in policy-driven environments and academia, to give her input to changing discourses in IR. She presented a paper at the SAIS Johns Hopkins Asia Conference in April 2016, and was on the organizing committee for the Munk School of Global Affairs Graduate Conference, focusing on the concept of borders in flux. She’s currently on the editors’ team of the UTJPS Journal at the University of Toronto. Mégane can be reached at megane.visette@outlook.com